Get Adobe Flash player

Calendrier des Formations

Retrouvez le calendrier regroupant les différentes formations proposées.

Télécharger le calendrier

 

Contactez-moi

Je suis disponible
du lundi au vendredi

09h00 à 12h00
16h00 à 19h00

04 75 90 79 94
                09 62 62 85 78

Radio HP

Les passionnés du chien ont désormais leur radio :  

Des émissions en direct, des interviews, des reportages canins, la mensuelle de l'émission "on n'est pas rendu", des podcasts... et tout ce qui compose une radio !

Accédez à la radio HP

(Disponible également  sur Android et Appstore)

« Il n’y a point de méthode, il y a DES méthodes. » Hervé Pupier

Konrad Lorenz, biologiste et zoologiste autrichien titulaire du prix Nobel de physiologie, médecine et éthologiste (Vienne 1903-Altenberg, Basse-Autriche, 1989) est souvent cité comme référence par beaucoup de comportementalistes canins et d’éducateurs canins comportementalistes.

Il a étudié le comportement des animaux dans leur milieu naturel. Ses travaux ont contribué au développement de l’éthologie.

Mon objectif n’est pas ici de reprendre toutes les études faites par Konrad Lorenz. Mais je me suis arrêté sur l’une de ses citations qui exprime on ne peut mieux le sujet que je vais développer :

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines. » Konrad Lorenz

Une méthode naturelle pour éduquer son chien ?

Méthode ceci, méthode cela, méthode là-bas, tout le monde a sa méthode, et les méthodes prônées depuis quelques années en matière d’éducation canine, sans vraiment tenir compte du principal intéressé qu’est le chien, avec ses capacités et limites biologiques et psychologiques, ainsi que ses instincts et codes génétiques, est d’être complaisant, avec ces grandes collectivités humaines « animalistes » à la morale universaliste empreinte de compassion excessive, souvent anthropomorphiste, quand les professionnels ne le sont pas eux-mêmes, ce qui est déroutant et grave pour des professionnels connaissant soit disant le chien.

Ce sujet rejoint dans le fond, le précédent sujet sur les « Les méthodes "positives, amicales et douces".  ».

Au risque de me répéter, mais cela semble utile, nécessaire, voir indispensable : dans l’éducation d’un chien et principalement dans l’apprentissage du chiot, il y a lieu d’utiliser la douceur et des techniques de travail amicales et positives, voir naturelle.


M’avez-vous vu écrire ou dire à un moment donné que ce que l’on dénomme « La méthode naturelle » était une ou des techniques de travail à proscrire ou inutiles ? Certainement pas, puisque des éducateurs canins l’emploient, comme moi-même, depuis des décennies, sans jamais mettre un nom dessus, ni en faire tout un plat. Certains de nos ancêtres très lointains l’avaient d’ailleurs bien compris et avaient utilisés ces phénomènes.

Mais alors cette « méthode naturelle » ne daterait-elle pas de 1979 ?

Les dénominations « L’école du chiot et la méthode naturelle » ont été déposées à l’INPI (Institut National de la propriété intellectuelle) et l’utilisation de ces termes, (comme toutes marques déposées) ne peuvent être utilisés qu’avec l’accord de leur déposant, sous peine de poursuites.
Surprenant qu’à ce jour, personne n’ait encore déposé « méthodes amicales et positives » .Mais qu’ai-je dis là, j’en vois plein sur le site de l’INPI. Mais qui va la déposer ?

Bon quand à moi, juste pour le pied de nez, j’ai déposé à l’INPI le 3 Mars 2010 « la méthode chien » sous le numéro National : 10 3 717 906. Comme il s’agit d’une méthode que les chiens m’ont apprise, attention ces chiens peuvent « attaquer » en cas d’utilisation non autorisée par eux.
Revenons à des choses plus sérieuses. Les mots utilisés sont certes déposés et non utilisables, mais les principes de ces méthodes datent-ils réellement de leur dates de dépôt ?

Comment nous est présentée cette méthode naturelle ?
Déjà comme étant une méthode. Ensuite comme étant naturelle.

Elle est basée sur la récompense (et de ce que l’on peut en voir ça et là, essentiellement physiologique : croquettes, bouts de saucisses, morceaux de gruyère). Tout au moins c’est ce que l’on voit le plus fréquemment pratiqué, et que moi-même ai pu constater puisque je me suis rendu à l’une de ses formations de 3 jours chez son inventeur, car contrairement à la majorité, avant de parler je vais me rendre compte de visu.

La notion de "non contrainte"

Elle est récurrente dans tous les discours des « inventeurs » de méthodes soit disant « nouvelles et révolutionnaires ».


La notion de « non contrainte » utilisée par ce que je nommerais « les opportunistes des modes animalistes et protectionnistes » est quasiment toujours associée en parallèle avec la notion erronée et trompeuse de « dressage traditionnel ». Ce dressage traditionnel serait synonyme de l’emploi de la force, de l’obligation, de contrainte forcée, de brutalité, allant à dire que la simple utilisation d’une laisse et d’un collier (cuir ou « étrangleur ») est en soi de la contrainte pure venant entamer l’intégrité psychique et physique de nos chiens.

Que ne voit on pas, de plus, nos protagonistes guerroyer entres eux, quant à la paternité de leurs termes alléchants, vendeurs et lucratifs…

Comme si, « montrer à un chien », l’aider à s’asseoir par exemple, le « manipuler techniquement » pour tel ou tel exercice, le toucher manuellement pour lui expliquer ce que l’on attend de lui, était une atteinte à ses droits d’animal et au respect de celui-ci.

Comme si lorsque que nous montrons à un chien, nous n’associons pas le renforcement positif, la récompense (essentiellement récompense liée à une satisfaction psychique de complicité par le jeu et les caresses avec le maitre plutôt qu’une satisfaction « gastronomique »), au comportement souhaité.

Comme si la mère d’un chiot attendait que ses petits fassent telles ou telles actions, pour les gratifier d’une récompense et que jamais elle ne leur montrait ce qu’il y a lieu de faire ou de ne pas faire dans leur évolution éducative.

Nous sommes également dans une nouvelle éthologie sectorielle et sélective en fonction de souhaits humains et non d’observation de l’animal et des besoins de celui-ci.

Pour lire la suite de l'article sur la "méthode naturelle", veuillez télécharger l'article en PDF ci-dessous :